Les noces de Figaro de W-A. Mozart.

....................Sommaire....................... ...............Forum............................. ................Sondage............................... ....................Nous contacter.....................

 

 

 

I. Présentation.

Opéra bouffe en 4 actes, "les noces de Figaro", écrites d'après le Mariage de Figaro de Beaumarchais sur un livret italien de l'abbé Da Ponte, sont rerésentées avec succès à Vienne le 1er Mai 1786 puis à rague quelques mois plus tard, de façon lus triomphale encore. Elles précèdent Don Juan d'un an.

II. Argument :

Acte I:

L'action se passe un jour de noces. C'est le mariage de Suzanne et Figaro. Mais ce mariage n'est as encore fait et Marceline et Bartolo ont un plan pour obliger Figaro à épouser Marceline. A cela s'ajoute le fait que le comte fait la cour à Suzanne et Chérubin; page de la comtesse tombe sans cesse amoureux.

Acte II (chambre de la comtesse):

Pour déjouer la cour du prince à Suzanne, les femmes veulent tendre un piège: proposer un rendez-vous entre Suzanne et le comte et envoyer Chérubin à la place de Suzanne. Chérubin vient pour se déguiser en Suzanne mais impressionné par la comtesse; il chante l'air : Voi che sapete (Vous qui connaisez l'amour ...). Arrivée du comte, Chérubin s'enfuit discrétement et le comte tombe sur Suzanne qui apèse tous les soupçons. Figaro arrive à son tour pour inviter ses maîtres à la noce mais voilà qu'Antonio le jardinier signale que quelqu'un a sauté sur les plates bandes.

Acte III:

Le comte cherche à séduire Suzanne, elle lui donne rendez-vous le soir au jardin. Autre découverte: Marceline est en fait la mère de Figaro donc impossible de l'épouser. Préparatifs de noce. Suzanne donne une lettre faite en secret avec la comtesse au conte.

Acte IV:

Dans le parc, Figaro soupçonne Suzanne de lui être infidèle. Suzanne et la comtesse échange leurs vêtements. La comédie des fausses identités commence.

III. Etude d'un passage : Voi che sapete.

C'est un exemple de l'opéra de l'époque gallante. Suzanne demande à Chérubin de chanter une romancede sa comosition. Forme de l'air : ABA + coda (donc référence à l'aria dacapo à l'époque baroque). Présence de carrures de 4 et 8 mesures.
C'est une romance conventionnelle, Chérubin chante l'air sans rapport avec le contexte et pourtant ce n'est point mièvre mais délicat et raffiné exprimant une tendresse profonde. C'est l'émoi d'un jeune adolescent qui s'éveille à l'amour. Le texte d'une grande sensibilité est soutenu par l'orchestre (arpèges donc soutien harmonique mais léger).
Tonalité précise: si bémol majeur, rythme régulier avec des notes piquées caractéristique de l'époque galante. Mozart utilise un orchestre assez fourni et dialogue avec le chanteur.